Pas de maitre-nageur sur la plage l’an prochain

Stephen Jeffery
EAP
Une proposition visant à nommer un maitre-nageur à la plage de L'Orignal l'été prochain a été rejetée après que la moitié des conseillers du Canton de Champlain et le maire aient voté contre.

L'administration du canton devra présenter au conseil municipal un plan de rechange le mois prochain pour assurer la sécurité et l'application des règlements sur la plage l'été prochain. La recommandation initiale d'un maitre-nageur a été proposée après l'afflux de visiteurs l'été dernier lors de la pandémie de COVID-19. Cette situation avait forcé la municipalité à fermer l’accès à la plage aux non-résidents.

AN ENGLISH VERSION OF THIS ARTICLE IS AVAILABLE IN THE NOVEMBER 18, 2020, EDITION OF THE TRIBUNE-EXPRESS.

Selon cette proposition, un sauveteur aurait été embauché pour surveiller la plage quotidiennement du 27 juin au 30 aout, pour un cout approximatif de 9828 dollars. La directrice des Parcs et loisirs, Lisa Burroughs, a recommandé d'embaucher un sauveteur plutôt que d'imposer des frais d'utilisation ou d'engager un garde de sécurité, cette dernière mesure ayant été mise en place l'été dernier.

Le conseil avait voté provisoirement en faveur de la recommandation d'embaucher le sauveteur lors d'un comité plénier au début de ce mois. À l'époque, les conseillers André Roy (L'Orignal), Violaine Tittley (Longueuil) et Michel Lalonde (Longueuil) avaient voté contre la motion, demandant plutôt l'embauche d'un étudiant comme gardien de sécurité pour le secteur ou l'imposition de frais d'utilisation aux non-résidents qui utilisaient la plage.

Les conseillers ont voté contre la motion officielle lors de la réunion régulière du conseil jeudi, mais ont été rejoints par le conseiller Gerry Miner (Hawkesbury Ouest), créant ainsi une division à quatre contre quatre sur la décision. Le maire Normand Riopel, en tant qu'arbitre, a voté contre la motion.

M. Miner a déclaré qu'il avait changé son vote, car il avait été absent pendant une partie de la discussion en commission plénière et n'avait pas entendu certains des arguments contraires lorsqu'il avait voté en faveur lors de cette réunion. S'exprimant contre la proposition jeudi soir, M. Roy a déclaré que la plupart des plaintes déposées l'été dernier n'étaient pas liées à la sécurité nautique et a suggéré des frais d'utilisation pour les non-résidents.

«Les plaintes que nous avons reçues l'été dernier concernaient le nombre de personnes présentes à la plage, et le non-respect de toutes les règles entourant la COVID, ainsi que les règlements municipaux en lien avec le tabagisme, la cuisson, l'hygiène, les chiens, etc. , a-t-il expliqué. Je crois que la COVID ne sera pas résolue l'été prochain. Si nous ne prenons pas la situation en main, je pense que nous verrons les mêmes problèmes se poser l'été prochain.»

Mme Tittley a déclaré que la plage pourrait devoir être fermée à nouveau l'été prochain aux non-résidents. «Notre problème l'été dernier n'était pas l'eau. C'était une violation des règles de COVID, a-t-elle déclaré. Nous pourrions encore être confrontés à une pandémie l'été prochain et nous pourrions avoir besoin de restreindre à nouveau l'accès à la plage.»

La conseillère Sarah Bigelow (West Hawkesbury), qui s'est exprimée en faveur du maitre-nageur, a déclaré que l'embauche offrirait une tranquillité d'esprit aux nageurs et réduirait les problèmes de responsabilité. «Tout le monde est fou de poursuites, et encore moins de COVID, a-t-elle déclaré. Si nous avons quelqu'un qui se tient à la porte, il n'y a personne qui surveille la plage.»

Le conseiller Peter Barton (Vankleek Hill) a déclaré qu'il n'était pas logique d'approuver la sécurité à la porte sans savoir quelle serait la situation de la pandémie l'été prochain. Il a ajouté que le maitre-nageur améliorerait l'aménagement du parc. 

«Cela nous est venu comme une recommandation du personnel pour en faire un endroit plus sûr et meilleur, essentiellement pour offrir un meilleur service, et pour aider les gens à avoir une meilleure expérience dans notre communauté, a-t-il dit. Si nous nous retrouvons dans une situation où nous sommes à nouveau débordés et incapables de contenir ces personnes, nous pouvons y faire face à ce moment-là.»

Une nouvelle recommandation pour la plage devrait être présentée au conseil lors d'une prochaine réunion.