Marc-Olivier Labelle, propriétaire du Gym Lachute, se réjouit de pouvoir ouvrir à nouveau ses portes le 26 mars, même si Argenteuil demeurerait en zone rouge
Marc-Olivier Labelle, propriétaire du Gym Lachute, se réjouit de pouvoir ouvrir à nouveau ses portes le 26 mars, même si Argenteuil demeurerait en zone rouge

Les gyms auront le feu vert

Benoit Deschamps
EAP
Pendant que la course entre la vaccination massive et l’arrivée des différents variants bat son plein, le gouvernement du Québec, de concert avec les autorités de la santé publique, permettra l’ouverture des salles d’entrainement au Québec le vendredi 26 mars prochain, et cela même en zone rouge.  

Pendant que la course entre la vaccination massive et l’arrivée des différents variants bat son plein, le gouvernement du Québec, de concert avec les autorités de la santé publique, permettra l’ouverture des salles d’entrainement au Québec le vendredi 26 mars prochain, et cela même en zone rouge.  

Marc-Olivier Labelle, du Gym Lachute, se réjouit du déconfinement progressif et de la possibilité de s’organiser pour son ouverture fin mars. «Nous attendons encore les derniers détails à ce sujet, déclare M. Labelle, aussi maire de la municipalité de Saint-André d’Argenteuil. Nous favorisons le port du masque en tout temps à l’intérieur du gymnase. Plusieurs entreprises ont conçu des masques qui permettent de bien respirer et cette mesure permettrait à nos employés de se concentrer sur l’expérience client.»  

« Plus que jamais, les Québécois ont besoin de bouger afin de préserver leur forme physique et mentale », de souligner Isabelle Charest, ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la condition féminine.  D’ailleurs selon une enquête de Radio-Canada parue sur le site de Radio-Canada en décembre dernier, parmi les nombreux bienfaits de l’activité physique, une séance d’exercice le jour où l’on reçoit un vaccin augmente l’effet de ce dernier. Le kinésiologue et étudiant au doctorat à la Faculté des sciences de l’Université de Sherbrooke, Hugo Parent-Roberge, y est cité soulignant que après plusieurs études à petite échelle, l’exercice pratiqué à proximité de l’administration d’un vaccin pourrait avoir un effet positif sur la qualité de réponse aux vaccins. 

D’autre part, M. Labelle confirme également l’embauche d’un superviseur à temps plein qui s’assurera de la sécurité et du respect des consignes sanitaires à l’intérieur de ses locaux situés sur l’avenue Béthany à Lachute.  

Benoit Girouard, président lachutois de GymX, une coopérative de solidarité, qui se spécialise dans le parkour (une discipline qui provient de la France) et dont les revenus proviennent à plus de 30% de la clientèle-école, s’inquiète de la chorégraphie des mesures sanitaires : «On est content d’ouvrir, mais il ne faudrait pas ouvrir à moitié.  Après des mois de fermeture, nos entreprises sont fragiles.  Les directives de la santé publique ne sont pas claires, compliquées et limitent le nombre de clients, surtout avec le concept des bulles-classes.» Fondateur d’entrepreneur en action du Québec (EAQ), il mentionne que malgré les mesures de la PCU, de l’assurance-chômage, des subventions et des prêts aux entreprises du gouvernement, perdre 100% de ses revenus sur une année rend le marathon plus difficile à tenir en fin de parcours. 

Du côté de Hawkesbury, en zone orange, les clients ont déjà repris leur programme d’entrainement depuis février dernier. Marc Charles, propriétaire du FitLife Gym depuis sept ans, se réjouit du retour des membres. Le port du masque est obligatoire pour entrer dans l’établissement, toutefois, l’utilisateur peut le retirer lorsqu’il est seul à sa station. «Plusieurs de nos membres sont des gens retraités pour qui la visite au gymnase s’avère être non seulement une séance de musculation et d’entrainement cardiovasculaire, mais un mode de vie et un lieu de rencontres agréables.»  

Ces entrepreneurs ont ressenti les effets de la crise sanitaire. Toutefois, une bonne planification, le support des clients ainsi que les programmes fédéraux leur ont permis de maintenir à flot leurs finances. Ils ont investi dans le matériel sanitaire, ils ont produit les affiches au sujet des consignes ainsi qu’optimisé la circulation d’air à l’intérieur de leur édifice où l’on retrouve des plafonds de plus de vingt pieds. 

Questionnés au sujet des cas de Covid-19 dans leur établissement respectif entre les deux vagues, les deux propriétaires confirment n’avoir été témoins d’aucune contamination. Le besoin de faire du sport, de voir des gens, de socialiser est primordial selon eux. Ils tiennent à préciser que les abonnements de chaque membre seront prolongés d’une durée équivalente au temps de la fermeture. Le nombre de membres a bien sûr périclité pendant ces mois de fermeture, mais déjà à Hawkesbury et bientôt à Lachute, on sent l’engouement reprendre de plus belle. 

Notons que les douches, les vestiaires, les casiers et les saunas demeureront fermés pour le moment aux deux endroits. 

Pierre de Coubertain, celui qui a redonné un souffle nouveau aux Olympiques modernes, aimait bien citer l’expression : "Un esprit sain dans un corps sain..." ! Voilà que cette locution d’origine latine prend tout son sens en 2021.