Annick Laviolette, quide depuis 22 ans sur la rivière Rouge, s’adapte aux demandes de sa clientèle pour fait vivre des émotions. En quête de sensations fortes ou pour une simple descente familiale, il y en a pour tous les goûts.
Annick Laviolette, quide depuis 22 ans sur la rivière Rouge, s’adapte aux demandes de sa clientèle pour fait vivre des émotions. En quête de sensations fortes ou pour une simple descente familiale, il y en a pour tous les goûts.

Les amateurs profitent de la rivière Rouge

Mylène Deschamps
EAP
Les conditions sont idéales depuis le début de la saison 2021 alors que la chaleur et le bas niveau d’eau du printemps ont permis d’entraîner les nouveaux guides de rafting et que les dernières pluies offrent une descente parfaite pour les amateurs de sensations fortes.    

Malgré les restrictions, les compagnies du rafting Nouveau Monde et Propulsion, situées sur les flancs du Bouclier canadien à Grenville-sur-la-Rouge, ont pu ouvrir à nouveau en mai dernier pour du plaisir en eau vive.  «L’achalandage n’est pas particulièrement élevé parce que beaucoup pensent que lorsqu’on annonce de la pluie, on ne peut pas sortir.  Et pourtant, s’il y a bien une activité que tu peux faire s’il peut, c’est bien du rafting», dénote Nicolas Achim, propriétaire depuis 2003 de Propulsion Rafting et guide depuis 1989. 

En ce moment, l’eau se situe autour de 22 degrés et son niveau est parfait pour entreprendre la deuxième section de la rivière, beau temps, mauvais temps. «Descente après descente, un nouveau défi est au rendez-vous, souligne Annick Laviolette, guide depuis 22 ans chez Rafting Nouveau Monde. C’est une stimulation incroyable. Le cerveau est en focus total. Il est nécessaire de prendre des décisions rapides face à un terrain en constant changement.» D’ailleurs, c’est un défi chez les guides de s’adapter à leur clientèle, selon l’expédition souhaitée.  Bien que l'on ne puisse promettre de ne pas chavirer, la sécurité est prise au sérieux par les groupes sur place, dont plusieurs kayakistes d’expérience.  Il est aussi possible de participer à une expérience familiale dans des rapides modérés de classes 1 à 3. 

«La météo peut donner l'impression d'être dans un beach party ou dans une mystérieuse expédition quand il pleut. Il n'y a pas deux journées pareilles!», ajoute la guide, une amoureuse de la nature. Le covid a probablement poussé plusieurs personnes à essayer le rafting parce que c'est un sport extérieur, qui permet de se sentir en vie!» 

La section des 7 sœurs avec des vagues au noms évocateurs comme « machine à laver », « spin cycle » ou « le monstre » peuvent fabriquer des souvenirs inoubliables et une aventure unique.  Quelques restrictions sont encore appliquées, dont le port du masque dans les autobus, mais l’ensemble des activités peuvent avoir lieu jusqu’à la fête du Travail. 

 

Rafting Nouveau Monde