Elise Giraldeau dit Duval et Denis Pelland, chefs et membres de la coopérative du Pub Sir John  Abbott, posant fièrement devant Maude, le cerf nommé en hommage à Maude Abbott
Elise Giraldeau dit Duval et Denis Pelland, chefs et membres de la coopérative du Pub Sir John  Abbott, posant fièrement devant Maude, le cerf nommé en hommage à Maude Abbott

Le Pub Sir John Abbott ou l’esprit de communauté

Morena Prats
EAP
Lauréat local dans la catégorie Faire affaire ensemble du défi osentreprendre, le Pub Sir John Abbott déploie dans la région de Saint-André-d’Argenteuil une approche communautaire et locale des plus stimulantes.

Tout a débuté par un évènement à la fin de l’été 2018: l’ancienne Marina de Saint-André-d’Argenteuil s’est alors transformée en restaurant éphémère pendant huit jours, durant lesquels fut servi un menu composé uniquement de produits locaux. Peu après, la Marina a changé de propriétaire et le nouvel acquéreur n’a pas tardé à proposer à Denis Pelland, initiateur de l’évènement, de pérenniser la formule, qui avait connu un grand succès.  «J’ai hésité, se rappelle M. Pelland. J’ai longtemps géré des restaurants et je m’étais toujours dit que je n’en aurais pas un à moi. Donc j’ai accepté, mais en mettant certaines conditions.» Parmi celles-ci, il y avait celui d’ouvrir quelques soirs par semaine seulement et surtout, de gérer ce projet en coopérative, un modèle qui permet de diviser le risque, la charge et les retombées aux nombres de membres.  

Aujourd’hui, cette coopérative compte quatre membres : Elise Giraldeau dit Duval, Evelyne Perreault et April Kelley, en plus de Denis Pelland. 

Le Pub Sir John Abbott a ouvert ses portes en mai 2019 et propose depuis une formule similaire à celle de l’évènement éphémère, où la majorité des produits proviennent d’un rayon de moins de 100 km. Dans un milieu tel que la restauration, où la majorité des achats de produits se fait via de grands distributeurs - états-uniens pour la plupart - et où les capitaux dépensés partent à l’étranger, la démarche du Pub Sir John Abbott s’inscrit dans une tout autre lignée, celle de nouveaux restaurants qui valorisent en premier lieu les produits du terroir. Mais, nuance importante, la démarche de la coopérative ne se limite pas à encourager les produits locaux, mais bien d’agir pour qu’un changement économique durable advienne : «je me bats contre le terme «encourager». Je n’encourage pas, au contraire, j’investis dans ma propre communauté! Lorsque les capitaux partent à l’étranger, ils ne reviennent pas et dans une région comme Argenteuil, qui n’est pas très riche et dont 85% du territoire est agricole, si on ne mise pas sur cette force, l’argent va simplement passer dans Argenteuil sans s’y arrêter. Si on veut développer une richesse dans une communauté, il faut que l’argent puisse y rester», explique M. Pelland, avant d’ajouter : «Mon rêve ultime serait de développer une monnaie locale, pour que l’ensemble des commerçants, des entreprises et de la communauté puisse se développer!» 

C’est d’ailleurs cette circulation économique locale qu’ils ont approfondie avec le volet osentreprendre, dont les lauréats régionaux du défi osentreprendre seront annoncés ce soir. La coopérative crée des associations avec certains producteurs, où le Pub achète leurs produits et assure leur transformation, permettant ainsi une forme de commensalisme profitable à tous. 

Les membres de la coopérative du Pub Sir John Abbott mettent sur pied plusieurs nouveaux projets qui verront le jour cet été. Parmi ceux-ci, l’ouverture d’un nouveau restaurant à Brownsburg-Chatham, le Long’Sôh, qui verra le jour en juillet et offrira un menu inspiré de la cuisine asiatique : sushi, tartares, tapas et BBQ coréen. Au camping municipal de Brownsburg-Chatham, ils gèreront également le casse-croute et le dépanneur de la plage municipale. «Cela s’appellera Le Poste de traite. On est supposés ouvrir le dépanneur fin avril et le casse-croute peu après! » précise Elise Giraldeau dit Duval.  

Alors que la majorité des restaurateurs sont épuisés par la charge mentale qui découle de l’actuelle pandémie, comment cette coopérative peut-elle trouver l’énergie et les ressources nécessaires pour développer de nouveaux projets ? «C’est la force la coopérative, c’est qu’on peut se séparer le projet et chacun prendre un aspect», explique M. Pelland, qui nous promet d’autres projets prometteurs d’ici cet été!  

D’ici là, le restaurant est ouvert en formule pour emporter du jeudi au samedi de 11h à 20h, et le marché en ligne maudemarket, inspiré de Maude Abbott, célèbre femme médecin née à Saint-André-d’Argenteuil et cousine de Sir John Abbott, offre la livraison de repas à monter soi-même à la maison. 

Non loin du Pub Sir John Abbott, toujours dans la petite municipalité de Saint-André-d’Argenteuil, se trouve la Station 210, une boutique-café localisée dans une ancienne caserne de pompier, qui offre une multitude de produits pour la maison, la santé, les loisirs et, dans la lignée de la coopérative, plusieurs produits du terroir. Du Pub Sir John Abbott à la Station 210, ces initiatives sont à (re)découvrir pour quiconque souhaite contribuer à faire circuler localement les richesses de notre magnifique région!