Le conseil du canton de Champlain souhaite que le ministre de l'Environnement de l'Ontario visite le site d'un projet controversé de cimenterie près de L'Orignal.
Le conseil du canton de Champlain souhaite que le ministre de l'Environnement de l'Ontario visite le site d'un projet controversé de cimenterie près de L'Orignal.

Le conseil demande au ministre de visiter le site de Colacem

Gregg Chamberlain
EAP
Le conseil du canton de Champlain souhaite que le ministre de l'Environnement de l'Ontario visite le site d'un projet controversé de cimenterie près de L'Orignal.

Le conseil a approuvé à l'unanimité, lors de sa séance du 12 août, une résolution de la conseillère du quartier 3, Violaine Tittley, visant à inviter le ministre de l'Environnement de l'Ontario, David Piccini, à visiter le site de la cimenterie que Colacem Canada veut construire près de L'Orignal. 

"Ce projet a connu 10 ans d'opposition, a déclaré la conseillère Tittley. Ce projet de cimenterie aura un impact important sur la santé et la qualité de vie des habitants du canton de Champlain." 

Le projet de cimenterie Colacem est un sujet de controverse depuis plusieurs années maintenant. Le conseil municipal de Champlain et Action Champlain, un groupe communautaire local, s'opposent au projet. 

Le conseil a rejeté une demande de rezonage de la société pour permettre la construction de l'usine. Colacem a fait appel de cette décision auprès du Tribunal ontarien de l’aménagement du territoire (TOAT). Mais les Comtés unis de Prescott-Russell (CUPR) ont approuvé la demande de Colacem pour une modification du plan officiel (PO) qui permettrait au projet d'aller de l'avant. Action Champlain a fait appel de la décision des CUPR auprès du TOAT. 

Lors de sa présentation au conseil municipal, Mme Tittley s'est également plainte de l'injustice du système de vote pondéré utilisé lorsque les CUPR ont approuvé la demande de modification du PO de Colacem. Le système de vote pondéré est basé sur le nombre d'habitants des municipalités membres des CUPR. Ainsi, un vote des maires de grandes municipalités comme Clarence-Rockland ou la municipalité de Russell a plus de poids que les votes des petites municipalités comme le canton de Champlain ou Hawkesbury Est. 

"Ce vote (pondéré) est allé à l'encontre de la décision du conseil du canton de Champlain et de la population de Champlain", a déclaré M. Tittley, ajoutant que le système de vote pondéré est "antidémocratique" lorsqu'il s'agit de petites municipalités.