Mayor Paula Assaly waits for word on the date for a judicial review of an integrity commission report concerning allegations against her of abuse of her authority as mayor and conflict of interest. Assaly argues that John Saywell, who was the municipal integrity commissioner when the report was filed, failed to complete all his legal obligations during his investigation of the charges.
Mayor Paula Assaly waits for word on the date for a judicial review of an integrity commission report concerning allegations against her of abuse of her authority as mayor and conflict of interest. Assaly argues that John Saywell, who was the municipal integrity commissioner when the report was filed, failed to complete all his legal obligations during his investigation of the charges.

La mairesse Assaly se défendra au tribunal

Gregg Chamberlain
EAP
La mairesse Paula Assaly attend son audience au tribunal et sa chance d'argumenter contre les accusations contenues dans le rapport du commissaire à l'intégrité John Saywell.

«Le public devrait pouvoir la regarder (l'audience du tribunal)», a déclaré la mairesse Assaly, qui a déposé un avis de requête en révision judiciaire à la cour divisionnaire. Je n'ai pas été interrogée. Mon assistant n'a pas été interrogé. Mes témoins non plus n'ont pas été interrogés.» 

Mme Assaly est maintenant sous sanction approuvée par le conseil municipal à la suite de la présentation, le mois dernier, d'un rapport de John Saywell, qui a agi à titre de commissaire à l'intégrité municipale de Hawkesbury jusqu'à la fin de décembre 2020, date à laquelle il a démissionné. 

Lorsque M. Saywell a déposé son rapport, la mairesse Assaly a fait valoir qu'il avait «manqué à ses obligations légales en tant que commissaire à l'intégrité» en ne permettant ni à elle ni à son assistant administratif de répondre aux questions dans le cadre de l'enquête. À la mi-février, elle a déposé une requête pour que le rapport de M. Saywell et ses recommandations soient examinés par la Cour divisionnaire de l'Ontario et elle continue de soutenir que l'enquête de M. Saywell est viciée. 

L'une des dernières tâches de M. Saywell en tant que commissaire à l'intégrité était une enquête sur les plaintes contre Mme Assaly concernant la conduite de la mairesse sur diverses questions. Selon le rapport, les plaintes comprenaient des allégations selon lesquelles elle aurait outrepassé son autorité à plusieurs reprises en interférant dans les opérations administratives. Elle a notamment déclaré une session à huis clos du conseil en juin 2020, sans en avertir au préalable l'administrateur principal ou le secrétaire municipal, au cours de laquelle le conseil a approuvé le licenciement de trois employés. 

D'autres plaintes concernaient le comportement d'Assaly à l'égard de certains membres du personnel supérieur, dont celle de comportement abusif, ce qui aurait conduit plusieurs personnes à quitter leur poste. La mairesse se serait aussi placée en conflit d'intérêts en essayant d'interférer dans l'enquête sur des plaintes de harcèlement qu'elle aurait déposées à l'encontre de certains employés municipaux. 

Le rapport de M. Saywell indique que les plaintes d'ingérence administrative, de harcèlement et de conflit d'intérêts sont fondées. Le conseil municipal de Hawkesbury a approuvé la recommandation de Saywell concernant les sanctions contre la mairesse Assaly. 

Ces recommandations exigent des excuses publiques à trois membres du personnel supérieur, dont à deux personnes qui ne travaillent plus pour la ville. Mme Assaly doit également suivre une formation de 24 heures auprès d'un coach professionnel en gestion afin de développer son leadeurship. Elle n'est pas non plus autorisée à participer aux séances du comité plénier du conseil municipal tant qu'un nouvel administrateur en chef n'a pas été engagé et qu'elle n'a pas rempli les obligations des deux autres sanctions. 

Mme Assaly, son avocat et le conseiller juridique de la ville de Hawkesbury attendent un avis du bureau de la cour divisionnaire sur la date de la révision judiciaire.