Le docteur Paul Roumelioutis a tenu son premier point de presse du COVID-19 depuis octobre.
Le docteur Paul Roumelioutis a tenu son premier point de presse du COVID-19 depuis octobre.

Début de la vaccination des enfants pour la COVID.

Christopher Smith
Christopher Smith
EAP
Le Dr Paul Roumelioutis a tenu son premier point de presse COVID-19 depuis octobre.

Le Bureau de santé de l'est de l'Ontario (BSEO) a tenu un point de presse sur le COVID-19 le 22 novembre, le premier depuis qu'il a été suspendu en octobre. Le médecin en chef du BSEO, Dr Paul Roumelioutis, a fait une mise à jour générale sur le nombre de cas de COVID, le nombre de vaccinations et le vaccin pédiatrique qui sera distribué cette semaine. 

Le nombre de cas de COVID-19 dans la région a de nouveau tendance à augmenter, mais pas autant qu'en période d'épidémie. Il y a eu 627 nouveaux cas aujourd'hui, mais les admissions à l'hôpital et aux soins intensifs sont les mêmes qu'hier, ce qui signifie qu'aucun des cas n'a évolué vers un état suffisamment grave pour justifier une hospitalisation. Les chiffres augmentent à nouveau, mais pas autant que lors de l'épidémie, et Cornwall continue d'être le point le plus douloureux de la province, bien que ses chiffres soient encore bien meilleurs qu'en octobre. 

La province a atteint 92% des premières doses administrées et 89 % des secondes doses administrées. M. Roumelioutis a déclaré lors de la réunion d'information qu'il ne manquait plus que 2 400 secondes doses pour atteindre 90 % dans toute la province, et qu'environ 5 300 troisièmes doses avaient été administrées jusqu'à présent. Les troisièmes doses continueront à descendre dans les groupes d'âge, tout comme les deux premières doses du vaccin. 

Enfin, les vaccins pour les enfants de 5 à 11 ans sont prêts à être distribués dès jeudi de cette semaine. Une fois la distribution commencée, les vaccins seront disponibles dans toutes les cliniques et pharmacies habituelles, et le BSEO les administrera également dans les cliniques scolaires pendant environ trois semaines. M. Roumelioutis espère que si le rythme actuel se maintient, d'autres restrictions pourront être levées et qu'un certain retour à la normale sera possible d'ici le printemps 2022.