Herbert Hunt et Molly, une golden retriever de sept ans, sont les meilleurs amis pour la vie et partenaires dans un travail important. Ils font partie des nombreuses équipes de chiens de thérapie qui travaillent avec des personnes souffrant de détresse émotionnelle ou psychologique ou d'autres problèmes et les aident à trouver un soulagement à leurs soucis et à leurs problèmes. Le duo vit à Bowmanville et était à Hawkesbury pour une visite familiale et aussi pour rencontrer les membres locaux de Therapeutic Paws of Canada, un groupe national fondé à Hawkesbury, qui promeut la thérapie animale pour aider à la guérison sociale.
Herbert Hunt et Molly, une golden retriever de sept ans, sont les meilleurs amis pour la vie et partenaires dans un travail important. Ils font partie des nombreuses équipes de chiens de thérapie qui travaillent avec des personnes souffrant de détresse émotionnelle ou psychologique ou d'autres problèmes et les aident à trouver un soulagement à leurs soucis et à leurs problèmes. Le duo vit à Bowmanville et était à Hawkesbury pour une visite familiale et aussi pour rencontrer les membres locaux de Therapeutic Paws of Canada, un groupe national fondé à Hawkesbury, qui promeut la thérapie animale pour aider à la guérison sociale.

Ce duo dynamique aide les gens grâce à la «thérapie canine»

Gregg Chamberlain
EAP
Herbert Hunt était autrefois un «marcheur de l’acier», mais il arpente désormais les couloirs des écoles, des maisons de retraite, des hôpitaux et d'autres lieux avec sa meilleure amie et partenaire, Molly.  

«C'était un chiot quand je l'ai eue», a déclaré M. Hunt à propos de la Golden retriever de sept ans qui l'accompagne désormais partout où il va. 

M. Hunt, 68 ans, est un ouvrier sidérurgiste à la retraite. Pendant 42 ans, il a souvent eu une vue d'ensemble du monde du haut des gratte-ciel en construction. Avec d'autres «marcheurs de l'acier», il guidait les grues qui mettaient les poutres d’acier en position, puis soudait les poutres d'acier en place pendant la construction des grands immeubles, étage par étage. 

Après avoir pris sa retraite de la construction, M. Hunt a cherché un moyen de s'occuper. C'est alors qu'il s'est joint à l'organisation Therapeutic Paws of Canada (TPOC). Fondée à Hawkesbury, TPOC est maintenant un groupe de bénévoles à l'échelle nationale qui offre de l'aide en zoothérapie aux hôpitaux, aux écoles et à d'autres organismes, pour aider les gens à faire face à la détresse émotionnelle ou psychologique. M. Hunt et Molly ont quitté leur maison de Bowmanville pour un court voyage de vacances et se sont arrêtés à Hawkesbury pour rencontrer certains des membres locaux du TPOC. 

«C'est son travail», a déclaré M. Hunt en souriant, en montrant Molly qui, après avoir rencontré tous ceux qui voulaient la caresser, a passé le reste du temps de l'entrevue allongée pour une sieste réparatrice. 

«Avec sa nature douce, j'ai commencé à la faire travailler dans des maisons de retraite, a confié M. Hunt. Aujourd'hui, elle travaille beaucoup avec les enfants à besoins spéciaux. Les enfants l'adorent. Ils s'assoient, lui lisent des histoires et la caressent.» 

Avant la pandémie, M. Hunt et Molly étaient en service au moins cinq jours par semaine, se rendant dans les écoles et autres lieux. Leurs visites sur place ont été réduites au cours de l'année dernière pendant le confinement, mais ils restent occupés à aider la police et le bureau du procureur de la Couronne dans le cadre du programme d'aide aux victimes et aux témoins. La plupart des cas pour lesquels ils sont appelés à intervenir concernent des enfants qui ont été victimes d'abus et qui peuvent avoir peur de parler lors des audiences du tribunal. 

«Elle aide les gens à garder leur calme», a déclaré M. Hunt, en faisant un signe de tête en direction de Molly. 

Un grand nombre des cas de besoins spéciaux concernent des enfants atteints d'une certaine forme d'autisme. M.Hunt a ajouté que sa partenaire canine a un don particulier lorsqu'il s'agit d'aider les enfants autistes à se connecter au monde qui les entoure. 

«Elle a cette particularité de comprendre les enfants, a-t-il dit. Elle sait si un petit est autiste, alors elle le câline et lui lèche le visage, et il semble que cela lui plaise. C'est une façon pour elle de communiquer avec eux». 

Lorsqu'elle est en service, Molly est toujours tenue en laisse. De par sa nature douce, il est peu probable qu'elle fasse quoi que ce soit qui puisse nuire aux personnes qu'elle tente d'aider. Mais, selon M. Hunt, il doit toujours avoir le contrôle total lorsqu'ils répondent à un appel. 

Aujourd'hui, il est facile de savoir quand M. Hunt et Molly répondent à un appel. Lorsqu'il a décidé de s'acheter un nouveau pick-up et une remorque à sellette pour les voyages longue distance, M. Hunt a également décidé de décorer le camion et la remorque avec des autocollants du logo du TPOC et des photos de chiens de thérapie en action. 

«C'est une bonne publicité, a-t-il dit en souriant. Ce sont des gens formidables, et cela a été formidable pour moi et Molly. Une sacrée aventure.» 

Pour en savoir plus sur Therapeutic Paws of Canada, rendez vous sur le site www.tpoc.ca.