Mathieu Marineau suspendu deux ans

Suspendu jusqu'en juillet 2016 par le Centre canadien pour l’éthique dans le sport (CCES) pour un test positif, l'haltérophile de Saint-André-d'Argenteuil, Mathieu Marineau, perd ainsi sa chance de participer aux Olympiques de Rio de Janeiro. Puisque le jugement de l'arbitre Robert Décary lui interdit également de s'entraîner avec ses coéquipiers, la carrière de Mathieu Marineau pourrait bien être terminée, même si ce dernier ne ferme pas définitivement la porte.

L'athlète de 23 ans a écopé d'une suspension de deux ans à la suite d'un test d'urine positif, une violation des règles antidopage. Le 15 juin dernier, l'analyse du test, qui a été fait hors compétition, a révélé la présence de SARM S-22, un agent anabolisant. Selon Mathieu Marineau et son entraîneur, Guy Marineau, c'est une injection de dépomédrol dans le genou, qui avait pour but de réduire l'enflure et la douleur, qui a causé le test positif. Selon le médecin de famille qui a administré l'injection, dont la lettre-témoignage a été citée à l'audience, «une infiltration de viscosuppléance de type Synvisc a été décidée et effectuée suite à un diagnostic de chondropathie des genoux. De manière standard, une dose de Dépomédrol de 40mg a été ajoutée afin d'éviter une inflammation de la synoviale.» Toujours selon le médecin, ces produits peuvent amener un résultat «faussement positif».

Cette thèse à cependant été discréditée par la professeure Christiane Ayotte, la directrice du laboratoire de contrôle du dopage sportif à l'INRS-Santé de Montréal. Dans son rapport d'opinion, elle affirme que les hypothèses du médecin sont «sans fondement scientifique» et que le Dépomédrol et le SARM S‐22 sont deux produits «qui ont des structures moléculaires et des propriétés pharmacologiques et physio‐chimiques complètement différentes qui ne sont pas comparables.»

Devant le tribunal, il incombait à Mathieu Marineau de prouver que la substance s'était retrouvée dans son organisme à la suite de l'injection, ce qu'il n'a pas été en mesure de faire. Le tribunal a donc tranché en faveur du CCES.

Face à la situation, Mathieu Marineau à la rage au cœur. Il ne pourra plus pratiquer le sport qui l'a mené aux quatre coins du globe depuis qu'il a 12 ans. Deux ans étant une éternité dans le sport, ses chances de rejoindre les rangs de l'élite mondiale à la suite de sa suspension sont minces.

«C'est un manque de jugement de ma part envers mon médecin, a-t-il déclaré. Je suis humain comme tout le monde. Je visais les Olympique de 2016 comme moment fort de ma carrière et en raison de la suspension, je ne pourrai pas faire les qualifications. L'haltérophilie, c'était ma vie, mais ma carrière est pas mal finie. Je vais me concentrer sur mon autre carrière, celle de pompier.»

Mathieu Marineau est également attristé de ne plus pouvoir entraîner la relève du Club du Nord, une activité qu'il chérissait. Il lance aussi un message aux jeunes, leur disant de faire attention aux suppléments qu'ils se procurent dans les magasins et les gyms pour éviter de se retrouver dans une situation pouvant briser une carrière.

L'athlète avait été suspendu provisoirement le 8 juillet dernier et puisque l'arbitre a décidé de maintenir cette suspension, Marineau ne pourra pas revenir en compétition avant le 8 juillet 2016.

Selon l'entraîneur Guy Marineau, son fils a passé, haut la main, 21 tests antidopage au cours de sa carrière et il réaffirme que l'athlète n'a pas utilisé d'agent anabolisant. À noter que les deux échantillons prélevés on testé positif pour le SARM S‐22.

Date: 
Wednesday, 22 October 2014 - 8:45pm
Newspaper: 
Journalist/e: 
Stéphane Lajoie
Le Salon oppose les maires
La participation au Salon national de l’Habitation 2015 divise les maires de la...
MORE
Un nouveau prêtre pour la région
Michel Jasmin a été présenté officiellement comme prêtre et responsable de l’...
MORE
Un homme scié en deux à Brownsburg
Le travailleur lachutois Keith Sinden, 45 ans, est décédé le 12 octobre, à la...
MORE

Édition André Paquette

La Compagnie d'Édition André Paquette Inc
1100 Aberdeen C.P. | P.O. Box 1000
Hawkesbury ON K6A 1K7 Canada

Président | President Bertrand Castonguay
Directeur général | General Manager Roger Duplantie
Directeur, Ventes et développement | Director, Sales and development François Bélair
Directeur de l'information | News editor François Legault

EditionAP logos