Le junior B devient la CCHL II

L'Eastern Ontario Junior Hockey League (EOJHL) a récemment annoncé qu'elle s’affiliait avec la Ligue centrale (CCHL) pour devenir la CCHL II, une nouvelle entité pour faciliter la transition et les allers-retours des joueurs entre le junior B et le junior A.

Suite à cette annonce, l'équipe junior B des Glens d'Alexandria et l'équipe junior A des Hawks de Hawkesbury ont signé un protocole d'entente pour que les Glens deviennent une équipe affiliée aux Hawks.

« Nous allons avoir six places dans l'alignement des Glens pour y placer certains de nos joueurs, a indiqué l'entraîneur-chef des Hawks, Shawn Anderson. Par exemple, la saison dernière, cela n'a pas fonctionné avec les Hawks pour le joueur Hamilton Whyte. Comme nous avions trouvé un joueur pour le remplacer, il est resté assis chez lui pendant quatre semaines avant de retourner aux États-Unis, car nous n'avions pas d'endroit pour le faire jouer. Avec la CCHL II, nous aurions eu un club où il aurait pu mieux s'adapter. »

Les joueurs placés dans l'alignement par les Hawks ne pourront pas jouer plus de 10 matchs dans le junior A durant la saison, à moins que celle des Glens ne se terminent avant celle des Hawks, ce qui laissera le champ aux joueurs.

En devenant la CCHL II, le junior B Metro-Valley Rideau-St. Lawrence perd six de ses équipes : les Islanders de Gananoque, les Wolves d'Akwesasne, les Lions de Morrisburg, le Thunder d'Almonte, les Pontiacs de Shawville et les Mustangs de Gatineau. Les deux conférences, qui ne jouaient pas l'une contre l'autre durant la saison régulière, seront réorganisées en conférences de huit équipes chacune et la situation géographique des différentes équipes rentrera en ligne de compte pour l'élaboration du calendrier.

Une boîte de Pandore?

Si les Hawks et les Glens semblent enthousiasmés par la refonte de la ligue, le directeur général des champions en titre de l'EOJHL, Raymond Lavergne, est plus modéré du côté de Casselman. Bien qu'il apprécie le fait que la ligue sera plus balancée et plus compétitive, il redoute cependant que les équipes junior A viennent jouer dans les plates-bandes du junior B.

« Pour les Vikings en ce moment, il n'y a aucun mariage avec une équipe junior A, a-t-il indiqué. J'étudie les pours et les contres de la chose et j'attends de voir les règlements et la constitution de la ligue avant de m'avancer.

Raymond Lavergne n'est également pas d'accord avec l'écartement des Lions de Morrisburg au sein de la nouvelle ligue. Fondée en 1971, l'équipe avait une riche tradition de hockey dans South Dundas et était au cœur d’une saine rivalité. L'équipe devrait maintenant se tourner vers la Ligue de hockey junior de la capitale nationale (junior C) pour la prochaine saison.

« Je n'ai pas peur de dire que je suis allé à la guerre pour eux lors des rencontres avec Hockey Eastern Ontario (HEO) pour les garder dans la ligue, mais ils ne nous ont pas écoutés, a dit celui dont l'équipe a remporté trois championnats en quatre ans. En plus de perdre une équipe qui jouait depuis plus de 40 ans, il va falloir aller jouer plus loin, ce qui implique des frais et des voyagements supplémentaires. »

Enfin, le directeur général des Vikings n'a pas beaucoup confiance au système de postes réservés dans les équipes junior B par celles du junior A, indiquant qu'il sera difficile de forcer un joueur à jouer dans une équipe junior B spécifique.

« Si les Hawks repêchent un gars d'Embrun et qu'ils veulent le rétrograder dans le junior B, j'ai le droit d'aller le chercher, a-t-il dit. Est-ce que les équipes junior A vont nous dicter qui doit jouer dans nos équipes? (…) Ce que je ne veux pas, c'est que le junior A débarque pour tout contrôler. À Casselman, j'ai fait mes preuves et personne ne va venir me dire quoi faire avec mon équipe de hockey. »

Date: 
Friday, 24 April 2015 - 8:45am
Newspaper: 
Journalist/e: 
Stephane Lajoie
Une sur quatre pour les Panthères
Les Panthères de l'École secondaire catholique de Plantagenet n'ont pas réussi...
MORE
Les primes d'indemnisation connues
À la suite d'une demande d'accès à l'information déposée par Le Carillon, la...
MORE
Entente avec les Comtés
Une section de 50 hectares de la Forêt Larose, dans le secteur de l’ancien...
MORE

Édition André Paquette

La Compagnie d'Édition André Paquette Inc
1100 Aberdeen C.P. | P.O. Box 1000
Hawkesbury ON K6A 1K7 Canada

Président | President Bertrand Castonguay
Directeur général | General Manager Roger Duplantie
Directeur, Ventes et développement | Director, Sales and development François Bélair
Directeur de l'information | News editor François Legault

EditionAP logos